Lucie Taïeb – auteure associée

2019 - 2020

Lucie Taïeb est née en 1977 à Paris. Elle étudie l’allemand à Paris, Vienne et Berlin, puis soutient en 2008 une thèse de littérature comparée. Elle enseigne depuis 2011 à l’Université de Brest, la traduction du français vers l’allemand, la langue allemande et, au sein de la licence Arts, l’écriture créative. Elle traduit également, de l’allemand vers le français (Livres de Friederike Mayröcker et Ernst Jandl parus à l’Atelier de l’Agneau en 2011, 2015 et 2017).
Depuis son premier recueil de poésie, paru aux Inaperçus en 2013, elle poursuit sa recherche d’une écriture de la justesse, centrée sur l’unité du poème ou du fragment, souvent polyphonique, à travers des genres variés (essai, roman, poésie) et par l’expérimentation, au sein de ces genres, de formes singulières, en possible dialogue avec des artistes d’autres disciplines (musique improvisée, gravure, photographie). Elle publie dans de nombreuses revues (La moitié du Fourbi, Vacarme, remue.net, La tête et les cornes, L’intranquille, Sarrazine…) et lit fréquemment ses textes à voix haute lors de rencontres et festivals.
Carnet de résidence de Lucie Taïeb
https://remue.net/lucie-taieb
Ciclic Lucie Taïeb auteure associée

Bibliographie

Il faut partir (Roman, Editions de l’ogre) à paraître en 2019
Freshkills, récit d’une réhabilitation (Essai, Editions Nota Bene, Montréal), à paraître en avril 2019
Peuplié (Poésie, Lanskine), à paraître en décembre 2018
D’un temps profond (Dans l’ouvrage collectif Zones blanches, Le bec en l’air) 2018
Safe (Roman, Editions de l’ogre) 2016
depuis Distance (Poésie, Lanskine) 2017
La retenue (Poésie, Lanskine) 2015
Tout aura brûlé (Poésie, Les Inaperçus) 2013
Territoires de mémoire, l’écriture poétique à l’épreuve de la violence politique après 1945 (Essai, Editions Classiques Garnier, Collections perspectives comparatistes) 2012

 

 

 

Tous les artistes associés