Trio Courtois/Erdmann/Fincker « Love of life »
+ Aruán Ortiz

vendredi 30 novembre 2018 à 20h00

Petit faucheux

: 16€ / 12€ / 8€

Acheter un ticket

Trio Courtois/Erdmann/Fincker
« Love of life »

Vincent Courtois violoncelle
Daniel Erdmann saxophone ténor
Robin Fincker saxophone ténor

Le violoncelliste Vincent Courtois réunit deux saxophonistes ténor, le souffle chaud du berlinois Daniel Erdmann et les élans brillants de Robin Fincker, pour former un trio d’un genre inédit dans l’histoire du jazz. Après s’être plongé dans les musiques de film avec le répertoire « Bandes originales », il a souhaité s’inspirer pour ce nouveau projet de l’œuvre de Jack London, immense écrivain américain du début du 20e siècle. Les compositions (du violoncelliste surtout, mais aussi pour partie de ses partenaires) partent des impressions de lectures d’un roman, d’un recueil, voire d’une nouvelle de cet écrivain, chantre de l’aventure autant que de la nature.

« J’ai découvert Jack London assez tard, en automne 2016 : d’abord, les  « Chroniques des mers du Sud »  puis l’initiatique et incontournable « Martin Eden ». L’œuvre dense et souvent autobiographique de cet écrivain américain, si riche et si puissante, n’a alors cessé de me suivre d’accompagner mon quotidien, mes voyages et donc la musique que je joue. C’est bien là, j’imagine, la véritable force de Jack London : une sensible et intime faculté d’avec ses vies de rencontrer la nôtre, de devenir cet ami, cet ancêtre éloigné, ce frangin, ce camarade de qui chaque jour on attend de nouveaux récits. »
Vincent Courtois


Aruán Ortiz

Aruán Ortiz piano

Le pianiste et compositeur Aruán Ortiz est né en 1973 à Santiago de Cuba, il vit aujourd’hui à New York et fait partie des agitateurs incontournables qui secouent la Grosse Pomme. Au fil de disques remarqués (notamment Cub(an)ism, sa dernière pépite en solo), son univers s’affirme comme un mélange idéal de musique classique contemporaine, de rythmes afro-cubains et d’improvisations, autant de facettes qui rendent sa musique parfaitement unique. On pense à Thelonious Monk, Ornette Coleman, Gonzalo Rubalcaba, Bartók, Stravinski, Andrew Hill ou encore Paul Bley. Le jeu d’Aruán Ortiz allie explosivité rythmique et un impressionnant sens mélodique de la narration. Une occasion rare d’entendre un des pianistes les plus inspirés de sa génération.

www.aruan-ortiz.com