Super Flux : Tomaga / Super Parquet / Dj Super Flux

samedi 18 mars 2017 à 20h30

Le Petit faucheux

: 12€ / 8€

Acheter un ticket

Tomaga

Valentina Magaletti batterie, percussions, vibraphone
Tom Relleen basse, oscillateurs, effets, claviers

Photo Tomaga © Ropped
Photo Tomaga © Ropped

Le duo londonien Tomaga pratique une musique expérimentale inédite. Leur musique composée de batterie, diverses percussions, basse, vibraphone et oscillateurs, réussit la prouesse de faire groover un curieux mélange d’influences de musique concrète, drone, ambiant et improvisée. Tantôt abrasive ou minimale, la mystérieuse musique de Tomaga sait en effet rappeler le meilleur du rock psychédélique ou krautrock. On pense notamment à Jaki Liebezeit de Can lorsqu’on entend le jeu hypnotique de la batteuse et percussionniste Valentina Magaletti, tandis que lorsque Tom Relleen prend la basse on se souvient que ce duo officie à l’origine dans l’excellent groupe psyché The Oscillation. Le deuxième album The Shape Of the Dance est sorti cet automne, et si les disques sont de magnifiques invitations au voyage, Tomaga prend une autre dimension en live : traitant le son de leurs percussions en direct à l’aide de micros-contact, expérimentant jusqu’aux limites de leur instrumentarium, Tomaga joue de la matière sonore d’une manière tout à fait unique. Aussi jouissif à l’écoute que beau à voir.
https://tomaga.bandcamp.com/


Super Parquet

Julien Baratay machines et bourdons électriques, voix
Antoine Cognet banjo
Simon Drouhin boîte à bourdon électrique, effets…
Louis Jacques cabrette, voix

Photo Super Parquet

Depuis peu on assiste sur toute les platines curieuses, au retour en grâce de la musique traditionnelle (en particulier auvergnate) ou du moins d’une certaine manière d’aborder la musique traditionnelle. Les groupes France (accueillis l’année dernière à Super Flux), Sourdure, le collectif La Nòvia et Yann Gourdon ou avant eux la Familha Arthus sont parmi les symboles de ce re-renouveau. Sans irrévérence et dans une volonté de continuité, chacun puise dans les répertoires traditionnels la matière qui servira sa musique tantôt expérimentale, tantôt psychédélique, tantôt fidèle même aux traditions de bal. Parmi ces expérimentateurs on trouve Super Parquet. Avec une approche très ludique, très orientée danse, le quatuor auvergnat revisite un répertoire de bal ancien en insufflant des traitements électroniques, bourdons et effets autour du duo virtuose Cabrette – Banjo. Super Parquet flirte ici avec le krautrock et ses pulses hypnotiques, une techno organique pluricentenaire et la musique de drone synesthésique le tout au service de l’abandon à la danse.
www.superparquet.com/