Festival Ecoute / Voir : Sabine Molenaar + Dimitri Tsiapkinis

vendredi 19 janvier 2018 à 20h30

Petit faucheux

: 12€ / 8€

Complet !

Sabine Molenaar
« A Moment »

Sabine Molenaar conception et interprétation
Jochem Baelus musique
Durée : 30 min

« Un exemple de contrôle total. Voilà en tous cas ce qui ressort du solo de Sabine Molenaar intitulé A Moment. Elle y présente un corps sillonné de multiples torsions et nervures. Non pas dans un esprit de performance circassienne, mais en proposant une véritable sculpture humaine, changeante, hyper-sensitive et sensible. Se jouant des perspectives, la perception de son corps disparaît peu à peu en même temps qu’émergent certaines images personnelles, réminiscences de l’énergie introvertie dégagée par l’interprète. »
Volkstrant, 10/02/2017 (Pays-Bas)

« Sabine Molenaar déjoue toute forme d’attente et d’expectative, son corps contorsionné confinant à l’inimitable, à une certaine forme de liberté authentique. Même si ses yeux sont clos, cette performeuse et chorégraphe danse de manière si fascinante que le spectateur ne peut qu’être entièrement captivé. »
Theaterkrant (Pays-Bas)

Sabine Molenaar
Sabine Molenaar (Pays-Bas) s’est établie à Amsterdam en 2003 pour y étudier, pendant quatre ans, la « danse-théâtre moderne » à l’Amsterdamse Hogeschool voor de Kunsten.
En 2006, elle travaille avec Ann Van den Broek pour le spectacle E19 the way to San José, et de 2006 à 2008, elle est co-fondatrice de la compagnie néerlandaise Instant Collective. En 2008, elle émigre à Bruxelles, où elle travaille plus de deux ans avec la compagnie Peeping Tom, participant à la tournée internationale du spectacle 32 rue Vandenbranden. Elle travaille ensuite au sein de la compagnie Joji Inc et du collectif Speedbattles, entre autres. En 2013, son premier solo, That’s it, créé sous l’étendard de sa propre compagnie, Sandman, lui vaut le premier prix au festival Act de Bilbao et le prix ELLE du « talent féminin percutant » au festival Theater Aan Zee d’Ostende, Belgique.


Dimitri Tsiapkinis
« Feu Orange d’Ours II »                                                       

Dimitri Tsiapkinis conception et interprétation
Marine Pourquié éclairage, régie technique
Durée : 40 min

Une performance solo, un genre de one-man-show qui se nourrit autant de la psychanalyse que des états de transe. Un travail d’auto-analyse chorégraphique et vocal, constamment réactualisé, re-mise en scène en rapport vivant avec le public. Un jeu avec soi-même sur les impulsions brutes, l’exhibition des états grotesques, l’autodérision.  
Fidèle au concept de multiréférentialité, attiré par le courant métamoderne et attaché à l’univers de Bernardo Montet, Dimitri Tsiapkinis traverse des esthétiques et des pratiques diverses. Une expérience autoréférentielle, mais qui cherche néanmoins à relier l’interprète avec le public par l’empathie kinesthésique, le corps-sujet avec le corps social, la danse avec le discours philosophique, le singulier avec l’universel. Ainsi, F.O.D.O. II devient une jubilation reli-gieuse sans dieux (religare : relier), un rituel semi-érudit de renouvellement, de réactualisation du potentiel expressif d’un citoyen et de son rapport à la communauté.

Dimitri Tsiapkinis
Titulaire du diplôme de danse contemporaine de l’Université de la Caroline du Nord / École des Arts du Spectacle (U.S.A.) et du Centre National de la Danse de Paris. Il a dansé à Dance Berlin et à Tolada Dance à Berlin (1991-1995). Après Berlin, il rencontre Bernardo Montet et suit ses projets, pendant 22 ans, au CCN de Rennes, au CCN de Tours et aussi au sein de la compagnie Mawguerite. Il a fondé le collectif de danse XSOMA à Thessaloniki en Grèce (2002-2009) et plus récemment Omnivion à Tours. En 2003, il est nommé danseur de l’année en Grèce, dans le magazine allemand Tanz/Jahrbuch. Depuis 2006, il dirige un atelier chorégraphique en milieu psychiatrique au CHRU de Tours. Sa recherche pédagogique l’amène à un diplôme universitaire et un Master 2 en pédagogie de la perception à l’Université Fernando Pessoa de Porto. Il est également assistant du maître Shaolin Shi Yan Jun, en Tai Chi (style Chen), avec qui il pratique depuis 2005.


Picto fauteuil sans aidePicto malentendantsPicto handicap mental