Jozef Dumoulin & Arve Henriksen + Cédric Piromalli & Jean-Baptiste Réhault

vendredi 15 décembre 2017 à 20h00

Le Temple Protestant ( 32 rue de la Préfecture)

: 12€ / 6€

Acheter un ticket

Jozef Dumoulin & Arve Henriksen jouent Hildegard Von Bingen

Jozef Dumoulin orgue
Arve Henriksen trompette, voix

Ce concert nous dévoile une face cachée de Jozef Dumoulin. Ce dernier a passé, en tant qu’adolescent et jeune adulte, beaucoup de temps à jouer de l’orgue d’église pour accompagner des messes mais aussi pour improviser librement et expérimenter ses propres chemins, ayant accès libre à l’orgue de son village natal. Maintenant il se remet donc à cet instrument aussi énorme que mystérieux, en duo avec le trompettiste Arve Henriksen représentant majeur d’une génération d’or en Norvège. À côté du travail sous son nom, Arve Henriksen fait partie du groupe mythique Supersilent. Il a travaillé avec la fine fleur des artistes scandinaves, mais aussi avec des musiciens comme Bill Frisell, David Sylvian, Laurie Anderson ou Benoît Delbecq. Il a non seulement révolutionné le jeu de trompette, mais aussi réussi à marier d’une façon hautement personnelle et touchante l’improvisation, le folk scandinave et la musique ancienne. Jozef Dumoulin et Arve Henriksen revoient ensemble la musique de Hildegard Von Bingen. Mystique, alchimiste, poète, peintre, botaniste, scientifique et compositrice du douzième siècle, Hildegard Von Bingen est la femme la plus emblématique du moyen âge et demeure une figure très inspirante. Elle a laissé un volume impressionnant de travaux, dont une grande quantité d’œuvres musicales. Cette musique sera citée et figurera aussi comme point de départ des excursions sonores. 

www.jozefdumoulin.com
www.arvehenriksen.com


Cédric Piromalli & Jean-Baptiste Réhault
« My Harpsichord Songbook #2 »

Cédric Piromalli clavecin
Jean-Baptiste Réhault saxophone

Cédric Piromalli Jean-Baptiste Réhault

Cédric Piromalli s’est intéressé ces dernières années au clavecin et à la musique ancienne : on se souvient d’une création pour clavecin solo l’été 2016 au festival des Méridiennes, « My Harpsichord Songbook ».
L’exploration de ces nouveaux terrains de jeux le conduit à remettre en question les façons de faire habituelles du « pianiste de jazz », en se confrontant à une autre conception du clavier et de l’esthétique musicale.  Il a souhaité pour ce concert faire dialoguer le clavecin avec un saxophone, en la personne de son vieux camarade Jean-Baptiste Réhault, connu pour la finesse de son timbre et l’intelligence de son chant.
Un alliage inattendu pour un son inhabituel, où les consonances de la Renaissance se mêleront aux dissonances du jazz (à moins que ça ne soit l’inverse ?).